Jean-Louis GAILLARD

Jean-Louis GAILLARD


Jean-Louis Gaillard est né le 24 juillet 1948 à Verviers en Belgique, creuset de beaucoup de musiciens de jazz.

Parents musiciens : sa mère diplômée du conservatoire de Verviers en piano.
Son père prix de violon et guitare. a joué de la guitare dans le Hot Club de Verviers dans l'immédiat après guerre avec entre autres Teddy Houben (père de Steve) et Pitou Zurstrassen (père de Pirly). Ayant émigré à Alost (1949) il a ensuite joué du piano en amateur.
La place de la musique était très importante dans la famille.
Il a au début des années 60 acheté un orgue Hammond (Spinett L100).

C'est ainsi que Jean-Louis s'est mis à jouer du blues et du rock en autodidacte : à l'âge de 16 ans, remarqué par un musicien d'un jazz band d'étudiants, il entra dans leur groupe dont le nom était les Jazz Prophets : à cette époque la famille habitait à Grimbergen près de Bruxelles.
De 1964 à 1967, le groupe engrangeant des titres des Jazz Messengers, Herbie Hancock, John Coltrane etc... faisait des concerts dans les fancy fairs et fêtes de collège de Bruxelles et banlieue.
Un sextet contrebasse, batterie, orgue, guitare, sax et trompette.
Dans ce groupe, il y avait le guitariste Paul Elias (1947-2018), dont on connaît la carrière par après et le batteur Jean Demannez, qui jouait encore dans le Sans set Quater jusqu'il y a peu (1949 - 2021)

Le groupe à décidé fin 1966 de continuer en trio avec Jean-Louis, Paul et Jean.
Le nouveau groupe s'appelait The Winnings et a fait quelques concerts à BXL, Marche-en-Famenne et Coq-sur-Mer. (Fans de Jimmy Smith, Kenny Burell et Grady Tate).
Fin 67, Jean-Louis participait à un concours organisé par Al Goyens au Blue Note Jazz Club.
Il devait passer en finale mais n'a pas pu avoir l'orgue, la famille ayant déménagé à Marche-en-Famenne, où son père a repris la gérance de la Brasserie du Cercle en face de l'église.
Il était accompagné à la contrebasse par Roger Van Haverbeke.
Cette finale a été remportée par Philip Catherine à l'époque.
Le jour de la finale J-L. était interviewé par Elias Gistelinck de la BRT.

Puis chacun a continué de son côté, Jean au mayorat de St Josse et J-L dans la vie civile à Bastogne, s'étant entre temps marié en 1972.
En 1980, avec des amis il a fait avec Georges Fontaine une émission de jazz sur radio libre à Bastogne : Radio Ardennes.
L' émission s'appelait «Blue Note» (quelques cassettes d'enregistrement)
Parallèlement de 1980 à 1982, il a fait partie d'un quintet jazz-rock avec Georges : Solipsis.
Il y jouait du Fender Rhodes. Standards et compositions.
Dans les années 80, quelques enregistrements, notamment avec le chanteur pour enfants Thibault.

Puis plus rien jusqu'en 2009, où pendant ce temps-là, il composait sur son clavier et jouait seul chez lui.
Fraîchement pensionné, il décide de suivre des cours de jazz à l'académie d'Amay ainsi que des stages de composition et surtout d'écriture à l'AKDT de Libramont avec Alain Pierre.

Entrant en outre au conservatoire de Huy au clavier dans le big band dirigé par Sébastien Jadot, il crée parallèlement un groupe avec des musiciens issus du conservatoire de Huy et de l'Académie d'Amay : le GALIUS SWING PROJECT, du nom d'un pseudo qu'il avait pris pour s'amuser du temps des Winnings.
Ce groupe, un quintet basse, batterie, synthé, sax, trompette a réalisé en juin 2019 un EP de 4 compositions, qui est sorti en novembre-décembre de la même année.
Enregistrements au Koko Studio, Sprimont chez Laurent Eyen.
Le groupe, après avoir mixé standards et compositions, se targue de ne plus jouer que des compositions à l'heure actuelle.
Tout en tentant l'éclectisme, il se cherche un style personnel.

Auteur-compositeur, Jean-Louis ne se refuse pas de composer en collaboration avec d'autres, tels José Bedeur et Sébastien Jadot pour le moment. Ainsi que des arrangements de Jean Ryckewaert.
En tant qu'auteur et surtout compositeur, il a plus de 400 compositions inscrites aux droits d'auteurs.

Albums

Groupes

Evénements passés

Voir plus